Note des utilisateurs: / 17
MauvaisTrès bien 
Aujourd'hui - Actualités

Le Christ du Vinâve

Cette sculpture de style mosan liégeois est datée de la seconde moitié du 14e siècle. C’est une pièce majeure du patrimoine cherattois, sans doute la plus ancienne existant encore.

De là l’intérêt d’une protection contre le vol ou les déprédations.

Cette croix ornait le dessus de l’entrée du chœur de l’ancienne église du Vinâve de Cheratte, reposant sur les deux poutres qui reliaient les deux colonnes encadrant le chœur surélevé de cette petite église.

Elle est la réalisation d’un artiste sculpteur de la région de la Basse Meuse.

Elle a été posée à l’entrée du chœur de l’église, lors de la transformation du chœur roman initial de l’église du 10e siècle à une seule nef, en une église à trois nefs vers 1300/50.

 christ_vinaveLa couronne d’épines, le drapé du linge, l’expression du visage, la pose des pieds et la forme des mains et des doigts, permettent de penser que ce Christ date plus précisément du deuxième tiers du 14e siècle, donc entre 1340 et 1370.

Il a été sauvé de l’incendie qui a détruit gravement cette église en 1550, ainsi que d’une autre destruction partielle, pour les même motifs, en 1639.

Lors de la destruction de la vieille église du Vinâve en 1838, les habitants du quartier souhaitèrent conserver, près de chez eux, un témoignage de l’ancienne église. C’est ce vieux Christ qui fut installé dans une chapelle, élevée dans un mur le long de la route longeant le château des Saroléa.

Depuis plus de 30 ans, Thomas Delarue d’abord, puis moi ensuite, avons essayé de faire enlever cette relique des temps anciens de la petite chapelle où le Christ du Vinâve était placé, pour en assurer la sauvegarde.

Enlever le « Vî Bon Dju » était un non-sens, voire un sacrilège, pour les habitants du quartier, dont ce Christ assurait, en quelque sorte une protection sans doute, mais aussi un lieu de recueillement et de prière.

C’est donc d’abord contre le veto et l’indignation des habitants du quartier qu’il a fallu nous battre pour tâcher de sauver le vieux Christ.

De plus, les propriétaires de la maison, dans le mur de laquelle la chapelle est édifiée, montraient de vives réticences au fait de l’enlèvement de ce qui constituait, pour certains d’entre eux, une plus value de leur propriété.

A quelques reprises, nous avons été proches d’avoir leur autorisation, pour les voir ensuite reculer devant la décision.

Le feu fut mis sous le Christ, endommageant en surface les pieds, les jambes et le bassin. Il était grand temps d’en assurer la sauvegarde.

Ce n’est qu’il y a près de trois ans, à l’occasion de l’achat de la propriété par Mr Gerhards, que nous avons obtenu l’autorisation de faire procéder à l’enlèvement du Christ de la chapelle, à deux conditions : qu’il soit conservé dans l’entité visétoise plutôt qu’à Liège, et qu’une copie en soit réalisée et replacée au même endroit.

Des démarches furent entreprises vers le Musée d’Art Mosan de Liège et le Musée de Visé, pour la mise en dépôt du Christ. De même, une recherche de subsides, pour la réalisation de la copie, fut introduite au niveau de l’Echevinat de la Culture de Visé.

Le Vî Bon Dju fut enlevé par Monsieur Lensen, conservateur du Musée de Visé, et des ouvriers du service des Travaux de Visé, et transféré immédiatement au Musée de Visé, dont il est une des très belles pièces exposées.

Trois artistes-artisans furent contactés en vue de réaliser une copie. Les remises de prix furent examinées par le Collège des Bourgmestre et Echevins de la Ville de Visé et soumises à l’approbation du Conseil Communal, qui a donné son accord pour prendre en charge le coût du projet.

christ_vinave_tete

Il reviendra à Monsieur Snoeck, artiste spécialisé dans ce type de copie, de réaliser un moulage en résine. Monsieur Snoeck a habité Sarolay, avant d’établir son atelier dans le sud de la France. Il séjournera à Visé pour réaliser ce travail les 7,8,et 9 avril prochain.

La copie pourra donc bientôt être replacée dans la chapelle, où les habitants du quartier, comme les autres cherattois, le retrouveront avec émotion.

Mis à jour (Jeudi, 25 Mars 2010 16:31)

 

Ajouter un Commentaire

Les propos diffamatoires, injurieux, racistes, xénophobes, sexistes, ... discriminatoires ou illégaux de toutes sortes ne sont pas tolérés sur ce site.
En cas de manquement grave à ces règles, nous nous réservons le droit d'en avertir votre fournisseur d'accès Internet, de même que les autorités policières et judiciaires compétentes.


Code de sécurité
Rafraîchir