Note des utilisateurs: / 21
MauvaisTrès bien 
Annonces - Nouveautés

La matrice cadastrale du plan Popp datant vraisemblablement de 1862 vous a été proposée en juillet dernier.

N’imaginez cependant pas l’ombre d’un instant que le sieur Philippe Christian POPP ait arpenté les cours et jardins des 2190 parcelles de vos ancêtres un décamètre à la main, que nenni !

Rappelons d’abord qui était ce monsieur :

 

Portrait de Philippe Christian Popp van Schaalkwijk

Après la mort de son père, notaire et procureur à Utrecht, sa famille s'établit enBelgique en 1818. Philippe y termine ses études et, après un stage au gouvernement provincial du Hainaut à Mons, devient le secrétaire particulier du gouverneur avant d'entrer au cadastre. En 1827, il épouse Caroline Boussart (1808-1891) et devient contrôleur à Bruges. Quand, en 1830, la Belgique se scinde des Pays-Bas, Philippe opte pour la nationalité belge. En 1837, il fonde le Journal de Bruges dont sa femme sera rédacteur en chef pendant un demi-siècle. Dès l'année suivante, il conçoit un projet gigantesque : reproduire et vulgariser par lithographie les précieux plans cadastraux du tout jeune royaume avec leurs registres et matrices. Sans aucun subside, il poursuivit la publication de son Atlas cadastral parcellaire de la Belgique, plus connu sous le nom de Plans Popp de 1842 à sa mort en 1879. Sur les quelque deux-mille-cinq-cents communes existant avant leur fusion, près de dix-huit-cents étaient traitées quand la mort interrompit cette oeuvre qui avait valu à Popp de nombreuses distinctions scientifiques.

 

Comme ses hautes fonctions dans l’administration le lui permettaient, POPP n’eut aucune peine à se procurer les précieux plans initiaux produits par sa propre maison.

Alors que nous tentions d’obtenir copie de ces reliques, indispensables pour une connaissance pointue et absolue de notre cher terroir, il nous fut répondu que de tels relevés n’existaient pas (ou plus). Néanmoins,  un vent favorable nous offrit un jour l’opportunité d’en recevoir une copie papier, de mauvaise qualité, certes, mais relativement lisible.

Cette piètre copie papier, vieillie, salie, manuscrite de surcroît et, de plus, dans un format inapproprié nous interdisait la mise en ligne en l’état.

Une seule issue paraissait dès lors envisageable à nos yeux, l’encodage dactylographique complet de ces quelques dizaines de pages avec pour principe unique de reproduire le plus fidèlement possible les documents d’origine. La magnifique et très régulière écriture du copiste ressemblant à s’y méprendre à la police de caractère « english »,  nous permit de vous proposer un document proche de la photocopie que vous découvrirez ci-après.

Contenu de ce dossier consacré au cadastre cherattois de 1835 :

-          Description en 25 pages des 997 parcelles cherattoises jouxtant une des 41 voies vicinales du village (contre 2190 trente ans plus tard), les autres parcelles n’étant pas reprises ;

-          Description des 41 voies vicinales reprises dans un tableau général de trois pages,

-          Le plan complet du territoire de Cheratte en 1835 reproduit en quatre plans complémentaires.

Nous ne pouvons enfin résister au plaisir, à l’aube de la fête de Noël, de vous demander de vous pencher sur le patronyme de la propriétaire de la parcelle n° 296 (matrice cadastrale n° 57) de la 7ème page du plan de détail n°2.

Le texte intégral de cette rubrique est désormais disponible dans la section population de la rubrique géographie ou cliquez ici

Fredo GENTRY

Mis à jour (Samedi, 10 Novembre 2012 00:29)

 

Ajouter un Commentaire

Les propos diffamatoires, injurieux, racistes, xénophobes, sexistes, ... discriminatoires ou illégaux de toutes sortes ne sont pas tolérés sur ce site.
En cas de manquement grave à ces règles, nous nous réservons le droit d'en avertir votre fournisseur d'accès Internet, de même que les autorités policières et judiciaires compétentes.


Code de sécurité
Rafraîchir